Étude de la dynamique des relations entre le sentiment d’efficacité personnelle et les souvenirs des expériences professionnelles

Auteur(s) Corinne AMBROISE, Sophie Brunot, Marie-Christine Toczek
Événement Colloque du CRIFPE
Type Communication orale
Thème L’insertion dans la profession
Symposium Croire en ses capacités d’apprendre et de faire apprendre : perspectives de l’accompagnant et de l’accompagné dans différents contextes d’apprentissage
Résumé Une étude empirique réalisée sur une centaine d’enseignants débutants révèle une relation dynamique entre les croyances d’efficacité et la connotation des souvenirs des premières expériences professionnelles. Cette relation dynamique est en accord avec la théorie de Bandura (1977, 1997, 2007), selon laquelle les expériences de maîtrise et surtout la façon dont elles sont interprétées par l’individu constituent une source majeure du SEP. Elle va également dans le sens des travaux de Conway et ses collègues (2000, 2003, 2004, 2005) qui révèlent que les souvenirs sont des reconstructions du vécu orientées par les connaissances générales sur soi. Le SEP, qui commence à s’établir en début de carrière, oriente probablement à la fois la sélection des souvenirs et leur reconstruction de sorte que ces derniers corroborent cette croyance sur soi émergente. Ainsi, SEP et souvenirs s’alimenteraient l’un l’autre dans une relation réciproque. Cette relation bidirectionnelle pourrait être à l’origine d’un développement professionnel harmonieux ou d’une construction professionnelle plus chaotique. Boucle vertueuse ou cercle vicieux, cette dynamique interactive entre souvenirs des expériences professionnelles passées et construction du SEP semble être un des mécanismes au cœur du développement professionnel des enseignants débutants ayant potentiellement des conséquences sur la nature de l’accompagnement proposé aux élèves.
Bloc V324
Durée 25 minutes
Salle